Skip to main content
search
0

Château Gravenhof (Dworp - Tourneppe) • Rapport du Secrétaire général

Chers Consœurs et Confrères,
Chers Amies et Amis,

Votre secrétaire à qui revient statutairement chaque année, à cette même époque, le privilège de présenter à votre honorable assemblée le rapport des activités réalisées par notre association au décours de l’année écoulée, se trouve une fois encore devant une mission des plus honorifiques et des plus gratifiantes.

Au cours d’une année 2018 marquée par la réélection présidentielle prévisible de Vladimir Poutine en Russie et la fin inopinée de l’ère Castro à la présidence de Cuba, rythmée par la célébration des XXIIIe Jeux Olympiques d’hiver en Corée du Sud et la finale de la coupe du monde de football en Russie, jalonnée par le cinquantenaire de la révolte de mai 68 et le centenaire de l’Armistice de 1918; ponctuée par le G20 en Argentine et la COP 24 en Pologne, diaprée de l’attribution d’un prix Nobel au Dr Denis Mukwege, le médecin dévoué à la cause des femmes violées et de la canonisation de Mgr Oscar Romero, le prélat mort martyr au service des persécutés, fustigée par la jacquerie des gilets jaunes et leurs débordements, mais aussi endeuillée tant par les morts du conflit yéménite et du terrorisme international que par les victimes des séismes en Indonésie et des incendies de forêt en Californie, c’est néanmoins avec une ardeur indéfectible que le Club Médical de Bruxelles, dans sa 135e année d’existence, a poursuivi sa mission en offrant à ses membres un choix éclectique d’activités culturelles et récréatives de grande qualité qui toutes ont rencontré un écho chaleureux.

De par leur abondance et leur diversité la recension pourrait s’en avérer fastidieuse si votre bienveillance ne m’autorisait à m’y engager. Conformément à un cérémonial déjà bien établi, l’année 2017, année présidentielle de notre consœur NADINE CASIER et de son époux Pierre Lambrechts, s’est clôturée, sous une blanche descente de flocons, le dimanche 10 décembre dans le cadre intime du château Gravenhof qui nous rassemble aujourd’hui

C’est donc en ces lieux que se déroula l’Assemblée Générale au cours de laquelle fut actée l’élection d’un nouveau trésorier en la personne du Docteur Jean-Claude Bollaerts et qu’en l’absence de candidature à la vice-présidence, fut décidé le maintien de l’ouverture de la période de candidature à ce mandat jusqu’à la fin du mois de février 2018 ainsi que la tenue, en mars 2018, d’une assemblée générale extraordinaire ayant pour objet d’entériner une éventuelle candidature ou, à défaut, d’examiner l’avenir du Club Médical de Bruxelles.

Dans une ambiance de joviales et amicales retrouvailles, plus de 50 convives partagèrent ensuitede festives agapes au cours desquelles la présidente sortante congratula les membres jubilaires.
Ayant reçu le témoin des mains de sa devancière, Wladyslaw Lokietek, président 2018, exposa son programme, aboutissement d’une intense année de préparation au cours de laquelle il fut secondé avec discrétion par les avis éclairés de son épouse Suzanne Christiaens et le constant appui des membres du bureau.

Wladyslaw Lokietek, le président au collier de barbe professoral enneigé par la sagesse des ans, nous vient des terres brabançonnes stéphanoises avec un patronyme qui fleure bon la patrie de Karol Wojtyla. Ce docte praticien cache sous une apparente désinvolture et un fallacieux détachement une force identitaire que
Maria Sklodowska-Curie résumait en ces termes : « Il faut être persévérant et avoir confiance en soi. Il faut croire à la capacité de l’homme et arriver à tout prix. » C’est donc avec cet esprit typiquement polonais, oserais-je dire à la Józef Pilsudski, qu’il sollicita le ban et l’arrière ban de ses amis et connaissances pour nous concocter un programme particulièrement riche et pluriel qui a été détaillé dans les six éditions de notre Bulletin de Contact et dont je me plais ici à rappeler le déroulement

18 janvier 2018 • Europe Quo vadis ?

Le 13 janvier, avec l’exposition « Theodore Van Loon un caravagesque entre Rome et Bruxelles », organisée au Palais des Beaux-arts, nous sommes plongés dans la première moitié du XVIIe siècle en compagnie d’un familier de la cour d’Albert et Isabelle, d’un véritable passeur entre la tradition picturale flamande et l’innovation italienne du clair-obscur, mais dont la célébrité fut totalement éclipsée par les trois monstres sacrés que furent Rubens, Van Dijck et Jordaens. Une heureuse redécouverte d’un artiste essentiellement actif à Bruxelles.

28 janvier 2018 • Meilleurs Alliés

Le 28 janvier, transportés à la veille du débarquement allié de juin 1944, nous sommes les témoins privilégiés d’un face à face historique entre Winnie et le grand Charles dans « Meilleurs Allies » d’Hervé Bentégeat donné à la Comédie Claude Volter avec un Pascal Racan, grand et sanglé dans son uniforme de général et un Michel de Warzée rondouillard et cigare aux lèvres, deux acteurs entrant si parfaitement dans la peau de leurs personnages au point de leur ressembler physiquement. Un tir nourri de répliques savoureuses et piquantes !

11 février 2018 • Fernand Léger, le beau est partout

Le 11 février, nous voici dans la première moitié du XXe siècle pour célébrer, avec la rétrospective « Fernand Léger, le beau est partout » organisée par le Palais des Beaux-Arts, un inclassable aventurier du pinceau, enthousiasmé par l’effervescence technologique et industrielle de son époque qu’il a principalement traduite dans des œuvres picturales monumentales hautes en contraste de forme et de couleurs.

22 février 2018 • Rochefort : l’eau de la discorde

Le 22 février, la conférence « Rochefort : l’eau de la discorde » de Geoffroy Fiévet nous immerge dans une querelle de clocher qui depuis deux lustres plonge dans une saga kafkaïenne les voisins, faiseurs de bière et faiseurs de chaux, d’une source, la Tridaine, jaillissant au fond d’une grotte entre Marche-en Famenne et Rochefort. D’un côté les Trappistes de Rochefort, de l’autre les ingénieurs de la société Lhoist dont fait partie le conférencier. Nous n’aurons droit qu’à un son de cloche mais on comprend rapidement que cette fois David ne gagnera pas contre Goliath, ni le pot de bière contre le pot de calcaire.

4 mars 2018 • Maison de l’Histoire Européenne

Le 4 mars, voici, en guise de travaux pratiques sur le thème de l’Europe abordé dans la conférence inaugurale, une visite des plus opportunes, celle de la Maison de l’Histoire Européenne établie dans le magnifique immeuble art déco Eastman en lisière du Parc Léopold. Le fil rouge de ce musée, à la manière d’un voyage spatio-temporel, développe, à l’aide d’objets venus de toute l’Europe, le processus d’intégration européenne comme aboutissement de l’histoire commune des habitants du Vieux Continent et ouvre sur ce que signifiera demain « être Européen». Notons que depuis 2016 déjà, le Royaume-Uni a décidé de ne plus participer à ce musée.

16 mars 2018 • La Région bruxelloise survivra-t-elle à 2019 ?

Le 16 mars, nous recevons Alain Maskens, médecin cancérologue, chercheur, entrepreneur mais également citoyen inquiet des nationalismes identitaires et de la montée des comportements extrémistes qui les accompagnent souvent. Dans sa conférence intitulée « La Région bruxelloise survivra-t-elle à 2019 ? » il évoque, non sans appréhension, la fin programmée de la Région bruxelloise en l’absence de toute démarche d’organisation des entités politiques sur base d’un plan régional. Son slogan Bruxellois, révoltez-vous ! sera-t-il entendu aux élections de mai 2019 ?

22 mars 2018 • Assemblée générale extraordinaire

Le 22 mars, l’assemblée générale extraordinaire a fort heureusement pu acté l’élection du Dr Pierre Lambrechts au mandat de vice président et a procédé à une mise à jour des statuts avec l’adoption d’un article concernant la procédure de dissolution de l’association.

19 avril 2018 • Ma maison me rend malade

Le 19 avril, malgré une soirée printanière exceptionnellement ensoleillée, nous sommes nombreux à l’écoute de Marc Roger, un jeune et dynamique orateur, dont l’exposé très pédagogique sur le thème de « Ma maison me rend malade » n’est pas sans rappeler nos premières années de candidature, comme le soulignera avec malice notre président. Le conférencier, en homme de terrain, illustrera son propos de nombreux exemples vécus apportant ainsi la preuve que son travail quotidien de détection de tous ces tueurs silencieux de nos habitats permet d’aider le médecin dans la recherche étiologique de certaines pathologies à la causalité parfois énigmatique.

28 avril 2018 • Les Mandibules

Le 28 avril, les plus courageux affrontent le labyrinthique circuit underground qui mène au Théâtre Jean Vilar, à Louvain-la-Neuve, pour vivre avec « Les Mandibules » de Luis Calaferte, une satire vorace et tragique de la jouissance consumériste de notre société, symbolisée ici par l’obsession de la nourriture, venue combler le vide laissé par l’absence d’idéaux. Quel drame lorsque le boucher annonce « Il n’y a plus de bœuf » !
Mais n’avons-nous pas récemment connu l’alarmant « Il n’y a plus d’essence » !

6 mai 2018 • Nature Morte Espagnole

Le 6 mai, alors que les couleurs de la Fête de l’iris et de la Journée de l’Europe pavoisent Bruxelles, nous sommes invités à une escapade picturale hispanique par le truchement de l’exposition « Nature Morte Espagnole » présentée aux cimaises du Palais des Beaux-arts. L’occasion de découvrir l’étonnante évolution de ce genre pictural depuis le XVIIe siècle espagnol qui en codifia les canons jusqu’au XXe siècle qui le revisita sous le pinceau des avant-gardistes et des cubistes. En définitive un art bien plus vivant que ne le laisse présupposer le vocable français et que l’espagnol qualifie de Bodegones c.à.d. victuailles.

17 mai 2018 • L’illusion du piment qui brûle et de la menthe qui rafraîchit

Le 17 mai, « L’illusion du piment qui brûle et de la menthe qui rafraîchit » , est le leurre utilisé par notre président pour appâter, sans grand succès, les non-médecins à ce savant exposé de neurophysiologie du professeur Léon Plaghki qui méritait en effet une attention sans faille, même de la part d’une assistance médicale qualifiée. Après les rappels anatomiques indispensables, l’orateur concentre son propos sur les méthodes d’exploration fonctionnelle les plus appropriées des voies nociceptives et sur l’intérêt que peut apporter leur stimulation spécifique dans une approche diagnostique objective du phénomène douloureux ou « comment rendre la douleur enfin mesurable » !

27 mai 2018 • Au temps de Galien, médecin grec dans l’empire romain

Le 27 mai, laissant derrière nous les participants des 20 km de Bruxelles nous gagnons les frondaisons du Musée de Mariemont, où nous attend un prince de la médecine qui, plusieurs siècles durant, éclipsa Hippocrate, à savoir l’illustre Galien. Grâce au talent de Mme Annie Pierard, commissaire de l’exposition « Au temps de Galien, médecin grec dans l’empire romain » et grâce aux nombreux objets réunis par ses soins, nous baignons dans ce qui a pu être le quotidien de ce médecin qui, parti de Pergame, devint, au IIe siècle de notre ère, le médecin personnel des empereurs romains mais dont la postérité figea l’enseignement jusqu’au XVIe siècle et l’arrivée de Vésale.

9 juin 2018 • Villes et châteaux de Boheme-Moravie

Le 9 juin,c’est le grand départ pour les 27 participants du premier voyage de 2018, un périple de 13 jours à la découverte des « Villes et châteaux de Boheme-Moravie » cette autre face de la Tchéquie dont Prague est la ville emblématique laquelle fera l’objet, pour certains, d’une visite complémentaire en fin de parcours. Ce n’est certes ni l’endroit, ni le moment d’en faire une relation détaillée mais ce périple au pays de Smetana et de Kafka fut l’occasiond’un mémorable et sensationnel festival d’art gothique et baroque sous la conduite d’une guide parfaitement au fait de la mentalité et du discours de notre groupe pour cause de séjour prolongé en Tournaisis. Le tout copieusement arrosé de bière, au « demilitre » comme il se doit dans ce pays inventeur de la Bush et créateur de la Pilsen et de vin morave générateur de liesse et libérateur de discours.

28 juin 2018 • Le pape François et le Dicastère pour le Développement humain intégral

Le 28 juin, au décours d’une journée caniculaire comme juin en compta bon nombre, nous nous trouvons réunis autour du souriant abbé Pierre Welsch, curé-doyen de Genappe et membre du Conseil pontifical pour la Pastorale de la Santé qui, au long de son exposé intitulé « Le pape François et le Dicastère pour le Développement humain intégral », tout en s’appuyant largement, en tant que reflet de la pensée papale, sur l’encyclique Laudato si’, retrace les étapes de la création de ce nouveau dicastère et s’implique à nous faire percevoir la contribution qu’il peut et veut apporter au monde médical et à celui de la santé.

10 septembre 2018 • Les Trésors de l’Ombrie

Le 10 septembre, une cohorte de 35 participants s’embarque pour « Les Trésors de l’Ombrie », un périple culturel de 7 jours sur les pas du Pérugin et de Pierro della Francesca, rayonnant en étoile autour de la cité de Pérouse, sous la guidance, de l’une de ses charmantes citoyennes. Un régal de fresques et de trésors picturaux du Quattrocento éparpillés dans ce cœur vert de l’Italie où es pins parasols, les cités fortifiées perchées sur leur piton se détachent sur un ciel azur. Et en prime Assise, le Poverello et le Cantique des Créatures lu par la guide, avec l’accent ombrien qui devait être celui de saint François.

20 septembre 2018 • Étapes de la recherche pétrolière, diversité des techniques et innovations

Le 20 septembre, à l’énoncé de l’intitulé de la conférence de Didier Van Lerberghe « Étapes de la recherche pétrolière, diversité des techniques et innovations », le CMB, à l’instar du héros de Rémi Georges (alias RG) est invité à installer ses tentes au « Pays de l’or noir ». C’est à partir de ses travaux de recherche universitaires et professionnels qu’il s’est vu confier par les groupes PetroFina et Total que ce brillant ingénieur construit son exposé embarquant son auditoire dans la genèse des gisements de gaz et de pétrole, leur méthode de recherche et leurs phases d’exploitation terrestres et marines.

30 septembre 2018 • Le Grand Meaulnes

Le 30 septembre, nous voici derechef dans les fauteuils du théâtre de la Comédie Claude Volter pour assister à l’adaptation et la mise en scène par Danielle Fire d’une belle histoire d’amour, celle qu’Alain Fournier a racontée dans son unique et célèbre roman « Le Grand Meaulnes », une histoire d’amour qui a frappé le cœur de nombreuses générations depuis sa parution en 1913. Alors qu’aujourd’hui tout va si vite et semble si déshumanisé, il est bon de découvrir cette belle aventure idéalisée par la jeunesse.

18 octobre 2018 • Fous littéraires

Le 18 octobre, avec Nicolas Florence et son exposé scrupuleusement préparé sur les « Fous littéraires», nous sommes conviés à une soirée excentrique sur des auteurs excentriques où le fantasque côtoie le truculent et où la personnalité même de l’orateur ne constitue pas le moindre des attraits. Gynécologue, obstétricien et sexologue de son état, habité par l’écrit au point d’avoir moult fois abandonné l’usage du spéculum pour celui plus jouissif du calame, celui-ci se complet dans une rhétorique hyperbolique où les néologismes coudoient effrontément les vocables rabelaisiens pour conclure in fine que le fou littéraire se campe comme un scribe acharné qui adore avant tout l’inguérissable souffrance d’accoucher de mots. De mettre bas ses propres mots. Était-ce un autoportrait ?

28 octobre 2018 • Beyond Klimt

Le 28 octobre, la Vienne impériale de la fin du XIXe siècle se trouve à nos portes avec l’exposition « Beyond Klimt » (l’après Klimt) que le Palais des Beaux-arts accueille après le Belvédère de Vienne. Une exposition qui donne à voir une Europe centrale en pleine mutation à travers les yeux de Gustav Klimt (peu représenté), mais surtout de ceux auquel il a ouvert la voie vers la peinture moderne, des Josef Capek, Egon Schiele, Oskar Kokoschka, László Moholy-Nagy et bien d’autres artistes longtemps ignorés en Occident à cause de la chape communiste. Une réelle découverte !

15 novembre 2018 • Dans la Bible quand les femmes prennent les choses en main

Le 15 novembre, après la célébration eucha ristique présidée par le Père Bernard Pottier s.j. en la chapelle Saint-Marc à Uccle, nous ouvrons, avec André Wénin, bibliste et exégète, les premiers cha pitres de la Bible avec l’intention d’y mettre en relief l’agir féminin. « Dans la Bible quand les femmes prennent les choses en main », titre de l’entretien, le conférencier évoque, au cours d’une narration exégétique des plus captivantes, trois de ces figures féminines assez audacieuses, celle de Rebecca épouse et mère défendant l’intérêt de son fils Jacob en bernant Isaac, de Ruth la Moabite volant au secours de la vie menacée de sa mère en se faisant attirer par le riche propriétaire Boaz et de Judith la juive écartant la menace d’une invasion assyrienne en décapitant le général ennemi Holopherne dans son propre camp.

Rappelons aussi que les Toubibs Recyclés ont pratiqué un « vélo sans peine »,de plus en plus électro-assisté, dans les régions de Soignies, d’Aarschot, de Seneffe, du Pajottenland et sur les bords de la Dendre et cela dans la roue de spécialistes des balades que sont Jean Alaerts, Nicole d’Huart, Michel Goethals, Jacques Clairbois et Jean Claude Bollaerts.
Signalons encore que Charles Juliens et Lénie Nathan ont continué à gérer avec assiduité et succès les réunions mensuelles de bridge et n’oublions pas que notre ami Philippe de Salle a maintenu avec obstination la présence du Club sur la Toile de l’Internet.
Mentionnons, enfin, ceux et celles qui se sont dépensés sans compter pour que 2018 soit une parfaite réussite, notre trésorier Jean-Claude Bollaerts pour le soin apporté à la gestion de nos finances, notre présidente Suzanne Christaens, pour la préparation toujours innovante des « amuse-bouches du jeudi si parfaitement en ac cord avec les bulles de l’amitié qui clôturent chacune de nos conférences, notre secrétaire adjointe et épouse, Colette, pour le bienveillant concours fourni à l’accueil des membres et à l’accomplissement de la tâche de votre serviteur.
Chères Consœurs et Confrères, Chers Amies et Amis,
Les meilleures choses ayant une fin, je ter mine ici ce trop long inventaire, non sans vous inviter à vous joindre à moi pour exprimer notre profonde reconnaissance à Suzanne et Wladyslaw Lokietek Christiaens, notre sympathique couple présidentiel, pour le programme très complet et très varié qu’ils
nous ont offert au cours de cette année 2018 et qui ne compte pas moins de neuf conférences, cinq visites d’exposition, trois spectacles, deux voyages culturels, l’un en Bohême-Moravie et l’autre en Om brie, ainsi que six balades vélo et une saison de bridge, programme qui grâce à votre précieux concours et votre aimable soutien, a rencontré tout au long de l’année le succès qu’il méritait.
Que, selon la formule consacrée, 2019 leur permette, de retrouver aux côtés de leurs enfants et petits enfants la quiétude et la sérénité que leur mandat présidentiel aura sans doute perturbé à plus d’une occasion.

 

Docteur Alain DE COCK
secrétaire général

About cmbxl.be